I - Le Régiment de Touraine (Suite)

 

Au cours de la guerre de Succession de Pologne il est de nouveau en Allemagne puis est chargé de la garde de l'Ens durant celle de la Succession d'Autriche. Cerné à Steyer en décembre 1741, il force l'encerclement et se retire sur Lintz qu'il contribue à défendre avant qu'elle ne soit déclarée "ville ouverte" par le Comte de Ségur.

Au cours de la guerre de Succession de Pologne il est de nouveau en Allemagne puis est chargé de la garde de l'Ens durant celle de la Succession d'Autriche. Cerné à Steyer en décembre 1741, il force l'encerclement et se retire sur Lintz qu'il contribue à défendre avant qu'elle ne soit déclarée "ville ouverte" par le Comte de Ségur.

Interdit de service pendant un an en exécution des clauses de la capitulation, il revient en France mais dès avril 1743 il repasse le Rhin et combat à Dettingen en mai.

De retour à l'Armée de Flandre en 1744 il couvre le siège de Menin et contribue à la prise d'Ypres et de Furnes. L'année suivante il assiège Tournai avant de prendre part la bataille de Fontenoy.

Puis après avoir participé au siège de Namur et à la bataille de Raucoux, on le trouve aux Pays-Bas durant les années 1747 et 1748.

C'est sous les ordres du Maréchal d'Estrées qu'à partir de 1757, au cours de la guerre de Sept ans, il se distingue glorieusement mais au prix de lourdes pertes à Rosbach, puis à Crefeld (1758), Minden (1759), Warbourg (1760), Schaffhausen et Schedingen (1761).

Rentré en France en 1762, il tient garnison dans différentes places et c'est à Montpellier que l'ordonnance du 26 avril 1775 vient lui apporter de profondes transformations.

Le régiment se partage pour donner naissance à deux nouvelles unités : le Régiment de Savoie - Carignan et le nouveau Régiment de Touraine qui, formé par les 1er et 3e bataillons. Il garde les drapeaux et les traditions de son prédécesseur.

________________

 

Commandé alors par le Marquis de Saint-Simon Maubleru le Régiment de Touraine séjourne quelque temps au Grand Quartier d’Arras, avant son embarquement à Brest en 1779 à destination des îles d'Amérique.

D'abord en Martinique, il quitte Saint Domingue en 1781 pour aller renforcer l'armée de Rochambeau et prend part à la prise de Yorktown contre l'Angleterre.

 

La bataille de Yorktown (17 octobre1781)

Il regagne ensuite les Antilles et embarque bientôt sur la flotte du Comte de Grasse qui cherchait à s’emparer d’un certain nombre d’îles, possessions britanniques. C’est ainsi qu’il débarque pour la prise de l’île St Christophe et Nevis le 18 février 1782. Ensuite participe à la bataille de l’archipel des Saintes du 9 et 12 avril 1782 qui s’est conclue par la victoire de la flotte anglaise commandée par l'amiral Rodney.

Rentré en France en 1783, il devient en 1790, 33e Régiment d’Infanterie par suite du licenciement du régiment du Roi. C’est vers cette époque que servait dans ses rangs le sergent Soult, devenu général de division. En 1792, le 1er bataillon occupe le pays de Parentruy puis contribue à la défense de Thionville contre les prussiens. Il compte alors un jeune lieutenant qui deviendra bientôt le célèbre Hoche, mort général en chef à 29 ans.

En 1793 le 33e, à l'armée du Rhin, se distingue à Vissembourg, Kayserslautern, Bischweiler et Landau. Les deux bataillons sont séparés en 1794: le premier demeure à l’armée du Rhin et Moselle puis est versé le 2 juin à la 65e Demi-brigade ; le second envoyé à l'armée de Sambre et Meuse se bat à Fleurus, participe à la prise de Charleroi et de Namur avant de devenir, le 2 janvier 1795,1e noyau de la 66e Demi-Brigade.

Ainsi prend fin le Régiment de Touraine dont les principales affaires auxquelles il participa sont :

                                   Siège de la Rochelle   1627 – 1628            Dettingen              1743

                                   Défense de Candie     1669                      Tournai                 1745

                                   Palatinat                  1689                      Fontenoy              1745

                                   Fleurus                    1690                      Raucoux                1746

                                   La Marsaille              1693                      Lawfeld                 1747

                                   Cassano                  1705                      Berg op Zoom         1747

                                   Calcinato                 1706                      Hastembeck           1757

                                   Malplaquet               1709                      Crefeld                  1758

                                   Amérique             de 1779 à 1885

 

Ses colonels ou mestres de camp furent les suivants :

 

- Baron du Plessis-Joigny

1625

 

 - Prince de Tingry

1736

 

- Baron de Saint-Offange

1632

 

 - Duc d’Olonne

1744

 

- Marquis de la Frezelière

1635

 

 - Duc de Montmorency

1749

 

- Antoine d'Amboise

1639

 

 - Comte de Montmorency-Logny

1761

 

- Charles d'Amboise

1650

 

 - Marquis de Laval

1770

 

- Comte de. Mercado

1653

 

 - Marquis de St Simon Maubleru

1775

 

- de Chambellay

1654

 

 - Vicomte de Poudens

1780

 

- Marquis de Montaigut

1667

 

 - Vicomte de Poudeux

1781

 

- Marquis de la Frezelière

1673

 

 - Boniface de Riquetti, vicomte de Mirabeau

1782

 

- Chevalier de la Frezelière

1675

 

 - Vicomte de Mirabeau

1788

 

- Marquis de la Frezelière

1677

 

 - de Maillon

1791

 

- Marquis d'Usson

1680

 

 - Charlot

1792

 

- Comte d'Igny

1697

 

 - d'Haudoire-d’Aigreville

1792

 

- Comte de Maillebois

1703

 

 - Bord

1793

 

- Duc de Luxembourg

1718

 

 

 

 

       

 

 

 

 

 

Précédente Suivante

 

Nouveau régiment de Touraine, régiment royal.

 

 

 

 

Les Français à l'assaut des redoutes le 14 octobre 1781 durant la bataille de  Yorktown

 

 

 

Français contre britanniques lors de la bataille des Saintes

(12 février  1782)