Les territoriaux, "les pépères" inlassablement répare la route malgré le froid et les intempéries

En 1967, un mémorial a complété cet ensemble. Construit sur la commune de Nixeville, près de l’embranchement de la N3 au lieu-dit le Moulin-Brûlé, il rend hommage à l’ensemble des chauffeurs de la Voie sacrée

 

C’est Maurice Barrés qui baptise cette route du nom de “Voie sacrée” en avril 1916. Le 21 août 1922, Raymond Poincaré l’inaugure. Chaque kilomètre de la Voie est marqué par une borne spéciale. De même taille que les bornes normales jalonnant les routes françaises, chacune d’elles est peinte en rouge dans sa partie supérieure, comme sur toutes les nationales. Mais, en plus, elle est surmontée d’un casque lauré de couleur verte. La première borne est installée à Bar-le-Duc. Elle est placée au carrefour de la rue de Verdun et de la rue Ernest-Bradfer. C’est un petit monument, en forme d’obélisque, surmonté du même casque lauré. La dernière borne, celle de Verdun, a été incluse dans un monument à la gloire de la Liberté. Une tête, manifestement inspirée de la Marseillaise de Rude, est posée sur une stèle encadrée de deux bornes, celle de la Voie sacrée à gauche, et celle de la Voie de la Liberté, souvenir de l’année 1944, à droite.

(Retour, cliquez sur le cantonnier)

 

La dernière mise à jour de ce site date du 03-janv.-2011