II - La 33ème Demi-brigade

 

La 33ème demi-brigade est formée à Grenoble en 1796. Elle rassemble sous l’autorité du chef de Brigade Almain, les reliquats très affaiblis par la guerre de Vendée des unités suivantes : 10ème et 90ème demi-brigades de bataille, 5ème bataillon de la Sarthe et 1er bataillon colonial de Port-au-Prince.

Dirigée aussitôt sur l'Italie, elle est incorporée d'abord à la Division Serrurier pour la célèbre campagne de 1796 ; mais après Arcole, passe à la 2ème Brigade de la Division Joubert. Le 14 janvier 1797, à la bataille de Rivoli, le général de division Joubert, voyant la droite de l’armée française entièrement menacée, se met à la tête de la 33ème et l’entraîne dans un élan superbe, rejette les Autrichiens dans la vallée et s’empare de Mantoue. Elle force ensuite les passages du Tyrol et se dirige vers Vienne mais la suspension d'armes accordée aux Autrichiens par Bonaparte l’arrête dans son élan.

Le 6 novembre elle est dirigée sur Venise et rentre à nouveau dans la composition de la Division Serrurier. Quittant la Cité des Doges le 17 janvier 1798, elle séjourne successivement à Mantoue, Alexandrie, Milan et Bergame.

 En 1799, après diverses batailles perdues, la 33ème qui relève alors de la Division Hatri exécuta une marche pénible en flanc garde, toujours aventurée au milieu des ennemis. Elle subit de lourdes pertes au cours de la bataille de Fossano et les derniers mois de cette année sont pour elle une série de désastres : officiers et soldats sont dans le plus complet dénuement. Ils n’avaient pour tout abri que quelques branches d’arbres couvertes de mottes de terre et ne recevaient de vivres que d’une manière irrégulière. Les renforts n'arrivent pas. Seuls 68 hommes les rejoignent parmi les 1600 que devait lui amener le bataillon de l'Aude. Les autres se sont évanouis en cours de route. Aussi après avoir perdu 3000 hommes au cours de la campagne précédente la brigade ne compte plus que 397 soldats.

Malgré ses effectifs réduits à 500 hommes, le 17 Avril 1800, elle enlève à la baïonnette la grande redoute de St Jean de Murialdo, contraignant les Austro-Piémontais à fuir dans le plus grand désordre. Un mois plus tard, la 33e demi-brigade arrêta une journée entière la marche de 6000 ennemies. Cernés le lendemain par la suite de leur isolement, plutôt que de se rendre, les soldats s’ouvrirent, après un combat acharné de plusieurs heures, un chemin à travers les rangs ennemis pour rejoindre sa division laissant sur le terrain la moitié de son effectif. Elle rentre à Menton le 9 juin et gagne Paris le 7 septembre.

En 1803, les demi-brigades prirent le nom de régiments d’infanterie de ligne.

Durant cette période ses Chefs de Brigade ont été :

- Almain

 

1796

 

- Laval

 

1796

 

- Roguet

 

1799

 

 

 

 

 

 

 

Précédente Suivante

 

La 33ème Demi-brigade

.

Soldat d'infanterie de la 33ème Demi-brigade